Le Supersonic : six ans d’histoire

Le 2 février 2016, le Supersonic ouvrait ses portes pour la première fois. On en profite pour vous faire un petit topo sur les six ans qui se sont écoulés dans la salle de concerts qui se transforme en club rock sur les douze coups de minuit. Et le moins que l’on puisse dire, malgré ces deux dernières années compliquées, c’est qu’il s’en est passé des choses au 9 rue Biscornet !

 

De l’OPA au Supersonic

Dans le 12e, à quelques pas de la place de la Bastille, rue Biscornet, se trouvait une salle de concerts qui portait le doux nom d’OPA. Ce lieu qui fit des émules à ses débuts commençait à devenir vieillissant : décoration kitsch, quelques olibrius en guise de clientèle, personnel dont on reprochait le manque d’amabilité… Pour faire court, petit à petit, plus grand monde ne voulait passer la porte de l’OPA. C’est alors que deux amis, David et Hadrien, eurent l’idée de racheter les murs pour en faire un haut lieu indie de la Capitale.
Mise à neuf, changement de décor, nouvelle identité visuelle et programmation habilement orchestrée par Aurélien, alors âgé de 23 ans seulement, c’est la naissance du Supersonic (clin d’œil à l’un des plus grands tubes d’Oasis). Désormais, impossible pour tout amateur de musique indé de ne pas avoir entendu parler de cette nouvelle place forte du genre à Paris et même dans toute la France. Six ans plus tard, et ce malgré les embûches qu’on connaît, la maison est encore bien debout.

 

Une programmation XXL

Et pour cause, le flair d’Aurélien pour dénicher des groupes de grande qualité, ainsi que l’organisation de Sunday Tribute où tout le monde peut monter sur scène et reprendre ses artistes préférés, attire très vite tous les férus de rock et d’indé. En six ans, le Supersonic a vu passer de grosses pointures, pas forcément connues à ce moment-là : MNNQNS, Surfer Blood, Black Honey, Working Men’s Club, Fujiya & Miyagi, L.A. Witch… et pour la modique somme de zéro euro !
Depuis septembre 2021, un nouveau concept a vu le jour, justement pour permettre à tout le monde de voir jouer les futurs gros noms britannique : They’re gonna be big. La programmation fait le pari de faire venir des jeunes artistes d’outre-Manche qui, sans l’ombre d’un doute, seront placés haut sur l’affiche de festivals quelques années plus tard. On pourra alors se vanter « je les ai vus avant tout le monde au Supersonic ! ».

 

Des nuits de légende

Mais le Supersonic, ce n’est pas qu’une salle de concerts. C’est aussi LE club rock de Paris ! Le week-end, après les live, place aux nuits : on troque les guitares contre des platines. Chaque jeudi, vendredi et samedi soir, nous plongeons dans une époque ou une région grâce aux thèmes proposés par la programmation. Ainsi, lors de la soirée Rebel Rebel, les DJs vous font revivre la magie des années 70, tandis que la Common People vous offre une playlist 100% British. Pour couronner le tout : un tribute dans le thème de la soirée a lieu au milieu de la nuit pour les amateurs de pogos et de sing-along.
Au niveau des DJ sets, là aussi, de grands noms ont manipulé les platines du Supersonic : Peter Hook de New Order, Dave Rowntree de Blur, Carl Barât et Gary Powell des Libertines, Mike Joyce des Smiths ou encore Dave Haslam, DJ résident de la mythique Haçienda de Manchester. Seulement 6 ans et déjà beaucoup d’histoire pour le club !

 

Covid et Trabendo : on sait s’adapter

Mars 2020, alors que le Supersonic n’en finit pas d’attirer du monde, interruption brutale de toute activité, Covid oblige… En juin, on peut rouvrir les bars, mais pas les clubs. Pas de panique, on sait s’adapter : direction la terrasse du Trabendo. Durant l’été 2020 et 2021, la délocalisation a permis aux clients de profiter des concerts et de DJ sets en plein air. Une programmation de qualité, des DJ sets endiablés, le tout bercé par la brise chaude de juillet, un régal !
Pour clôturer l’opération, la terrasse s’est payé le luxe d’accueillir The Underground Youth pour un concert mémorable, avant que le Supersonic ne retrouve sa maison mère rue Biscornet en septembre 2021, dix-huit mois après l’avoir désertée. Home sweet home… Malheureusement pas pour longtemps, la cinquième vague du virus contraint la salle à fermer de nouveau ses portes en décembre. Mais pas d’inquiétude : tout recommence mi-février, on l’espère pour toujours !

 

La galaxie Supersonic s’étend : le disquaire, le jeu et la société de production Take Me Out

Début 2020, déjà fort de ses concerts et DJ sets de qualité, le Supersonic a ouvert un disquaire à quelques pas du club : le Supersonic Records, tout simplement. On y trouve ce qui se fait de mieux en musique indé, sous format vinyle. Pierre, armé de ses conseils bien avisés, se fera un plaisir de vous orienter dans votre choix de galette(s) ! Quelques livres autour de la musique sont également proposés. Mais ce n’est pas tout : une petite scène a été installée pour y organiser des showcases et des conférences !
Fin 2021, le Supersonic étend encore un peu plus sa galaxie et lance le jeu « Monte ton groupe ». Autour d’un plateau, défiez vos amis et leur culture musicale grâce à pas moins de 900 questions, des sixties à nos jours. L’objectif : faire un groupe complet avec les « cartes artiste ». On vous explique le principe plus en détails dans cet article consacré au jeu.
Février 2022, le Supersonic s’associe avec Speakeasy pour lancer Take Me Out, son agence de production de concerts, de tournées et de festivals. Une nouvelle manière de promouvoir la musique rock, plus uniquement à Paris mais désormais sur tout le territoire français !

Une grande fête était prévue le week-end du 4 février pour célébrer les six ans de notre club préféré, mais, pour les raisons que l’on connaît tous, elle a dû être annulée. Qu’à cela ne tienne, on vous attend pour la réouverture le 16 février, et pour un anniversaire décalé courant avril. On vous tient au courant très rapidement pour ce dernier !