Grand ménage de printemps : comment bien classer ses vinyles ?

Acheter des vinyles, c’est bien, mais encore faut-il savoir les classer correctement. À l’occasion de l’équinoxe de printemps, on vous donne quelques tips pour réorganiser au mieux votre discothèque. Vous n’aurez plus d’excuse pour retrouver, sans encombre, vos galettes favorites !

Que votre discothèque soit tout juste naissante ou bien aussi garnie que chez votre disquaire préféré, celle-ci se doit de répondre à un minimum d’organisation. Avant de vous lister quelques conseils de classification, il est bon de rappeler certaines règles en matière d’entretien.

Que vous disposiez votre collection dans une simple étagère d’une célèbre marque suédoise, ou bien dans un sublime meuble à vinyles vintage, le constat reste le même : vos galettes doivent impérativement être entreposées à la verticale. Un disque posé à plat risque en effet de se déformer et ainsi impacter fortement sa lecture. Veillez donc à serrer suffisamment vos vinyles entre eux pour les maintenir bien droits. On ne rappellera également jamais assez qu’il est essentiel de laisser vos LPs dans leur pochette de protection, qu’il s’agisse d’une protection extérieure ou intérieure. Comme pour n’importe quel autre objet, cette protection évitera à vos galettes de prendre la poussière ou de recouvrir leur sillon de résidus, tout en permettant de freiner le malencontreux effet statique. Enfin, il est important d’insister sur la notion de température. Le vinyle étant un matériau sensible à la chaleur, il est primordial de le ranger dans un endroit relativement sec et à l’abri du soleil, mais aussi de l’humidité. Une discothèque n’est pas une cave à vin, bien qu’il soit toujours appréciable d’écouter un disque vinyle un verre à la main ! La petite piqûre de rappel étant faite, il est temps de voir quelles sont les différentes manières de classifier et d’organiser au mieux sa discothèque.

  • Ranger vos vinyles par ordre alphabétique


Il s’agit de la façon la plus logique et répandue de trier ses vinyles. Bien sûr, une simple classification par ordre alphabétique, sans tenir compte, par exemple, du nom de l’artiste, pourra sembler relativement confuse. Il est donc conseillé de coupler cette méthode de rangement avec une sous-classification, telle que par artiste ou par genre. Si vous optez pour une classification par artiste, plusieurs choix s’imposent à vous. D’abord, il semble assez évident de privilégier le nom de l’artiste plutôt que son prénom. Ensuite, vous pouvez choisir de classer les vinyles d’un même artiste par ordre alphabétique, ou bien par ordre chronologique de dates de sortie.

  • Ranger vos vinyles par ordre chronologique


Comme pour le précédent point, une simple classification par ordre chronologique pourra poser quelques problèmes de lisibilité. Celle-ci pourra en revanche témoigner de l’évolution de la musique et permettre de retrouver ses derniers achats fraîchement sortis à la toute fin de sa collection. On privilégiera tout de même d’opter une nouvelle fois pour une sous-classification, afin d’apporter plus d’accessibilité à l’ensemble de votre discothèque. La discographie d’Idles pourrait, par exemple, se classer ainsi : Brutalism (2017), Joy as an Act of Resistance. (2018), Ultra Mono (2020) puis Crawler (2021).

 

  • Ranger vos vinyles par label


Si votre discothèque est assez fournie, et que vous avez une certaine appétence pour des maisons de disques bien spécifiques, alors la classification par label pourra être une alternative intéressante. À l’aide d’intercalaires, vous pourrez ainsi annoter le nom de chaque label dont vous possédez au moins une galette, et piocher ainsi plus facilement un disque d’un artiste en particulier. Là encore, il est conseillé de coupler cette méthode de rangement à une sous-classification par ordre alphabétique ou chronologique, afin d’apporter plus de clarté à votre collection. Fanatiques de labels indépendants, cette méthode de rangement est faite pour vous !

  • Ranger vos vinyles par genre/scène/courant musical


Tout comme la classification par label, le rangement par genre ou par scène permet de retrouver plus facilement un disque selon vos envies et votre état d’esprit. Il est encore une fois fortement conseillé de se munir d’intercalaires afin d’annoter les différents genres (rock, punk, pop, blues, post-punk, electro, cold wave…), scènes (Britpop, neo-psychedelia…) ou courants musicaux (par exemple, le mouvement Madchester). Une telle classification s’adresse davantage aux personnes désirant retrouver plus rapidement et intuitivement des artistes d’un même courant, afin de se replonger plus facilement dans une époque, un style ou une ambiance bien spécifique. Attention cependant à ne pas trop tergiverser quant au choix des genres selon les artistes. Un groupe comme les Beatles peut par exemple aussi bien se placer dans les catégories 60’s, pop, psychédélique ou encore rock expérimental ! Pour vous aider à y voir plus clair, il existe un système officiel de classification musicale : la PCDM4, ou « Les principes de classement des documents musicaux ». De quoi faire plaisir aux plus nerds et pointus d’entre vous !

 

  • Ranger vos vinyles… comme bon vous semble !


Parce qu’il s’agit avant tout de votre propre discothèque, on vous conseille enfin de suivre votre propre ressenti ! Si certaines classifications apportent inévitablement plus de clarté à votre collection, rien n’est interdit, et personne ne pourra blâmer votre envie de placer, par exemple, vos vinyles de cœur en début de collection. L’une des options atypiques les plus populaires chez les collectionneurs relève aussi d’une classification par couleur. Avec une telle méthode de rangement, votre discothèque aura une plus-value esthétique non-négligeable, et vous pourrez aisément vous en vanter auprès de vos amis (pour l’effort fourni, ça vaut le coup). Vous pouvez également choisir de ranger vos éditions exclusives ou vos coffrets collectors dans une catégorie dédiée, afin de renforcer le caractère singulier ou précieux de certaines trouvailles. On pourrait aussi citer les classifications géographiques, par origine, par langue, par format… les possibilités sont infinies !

Vous savez maintenant comment organiser au mieux votre discothèque, et éviter ainsi que des piles de vinyles ne finissent par se dégrader dans votre appartement. On espère que ces conseils vous donneront de nouvelles idées, afin d’imaginer, peut-être, la classification de demain.